Conseils de lecture

Erin A. Craig

Casterman

18,95
par (Par Mots et Merveilles)
22 septembre 2021

Un roman somptueux et lugubre qui joue avec le lecteur !

Au cœur d’un archipel où les habitants vénèrent Pontus, le dieu des océans, se trouve Highmoor, le domaine de la riche famille Thaumas, composée de douze filles. Mais de terribles malheurs s’abattent sur elle : les filles décèdent les unes après les autres dans d’étranges circonstances… Après la disparition de quatre filles Thaumas, le bruit court qu’une malédiction s’abattrait sur Highmoor, isolant plus que jamais la famille… Après le décès d’Eulalie, Annaleigh est bien décidée à lever le voile sur ces morts : elle est certaine que sa sœur aînée ne s’est pas jetée d’elle-même de la falaise, mais a été poussée, et elle ne peut croire qu’une malédiction fasse rage. Alors qu’elle enquête sur le possible coupable, ses sœurs et elles vont découvrir un portail que les dieux utiliseraient pour se mêler aux humains, et qui pourraient les emmener partout où elles le souhaitent… Elles vont alors aller de bal en bal, se mêlant à des gens qui ne connaissent rien de leur deuil et de leur prétendue malédiction. Et si ces bals où l’on est incapables de résister à la danse avaient quelque chose avoir avec la disparition des filles Thaumas ?

Une réécriture ensorcelante et lugubre du conte Le Bal des douze princesses des frères Grimm, où nous sommes projetés dans une atmosphère lourde et lugubre, au sein d’un manoir où le vrai et le faux sont difficiles à distinguer : Annaleigh voit-elle réellement le fantôme de ses sœurs ? Les horribles choses qu’elle voit sont-elles des hallucinations, ou la réalité ? Les nombreux bals auxquels les sœurs Thaumas se rendent sont-ils réellement bénéfiques pour elles, ou sont-elles coincées en plein cauchemar ? Tant de questionnements qui trouvent leurs réponses de manière surprenante et brutale, qui remettra en questions tout ce que le lecteur pensait savoir… Un roman adolescent somptueux, sombre et haletant, qui brille par son originalité ! Entre histoire de fantômes, malédiction, enquêtes et interventions des dieux, ce roman est profondément haletant et addictif ! Attention, il vous sera difficile de démêler le réel de l'imaginaire...

A lire à partir de 13 ans !


Anne-Marie Métailié

20,00
par (la librairie des Fables )
21 septembre 2021

entre ombre et lumière

Un jour, un homme descend d’un train.

Que fuit il, pourquoi ? Quelle est la raison pour laquelle il choisit de trouver refuge dans cette ville comme morte, abandonnée?

Là où, espère-t-il, personne ne viendra le chercher…

Est-il bon, est-il mauvais? Quel avenir s’offre à lui avec la fantasque Raluca qu’il rencontre dans ce lieu étrange?

Une intrigue tout en subtilité à propos de l’âme humaine.


19,90
par (Nouvelle Librairie Internationale V.O)
21 septembre 2021

Wallace vient de mourir. Il doit maintenant rejoindre un certain Hugo, propriétaire d'un salon de thé perdu dans les montagnes, censé le faire passer de "l'autre côté".
Rien ne se passe véritablement comme prévu, et Wallace, qui refuse de partir, va progressivement redécouvrir l'importance de l'instant présent, la bonté, l'amitié, et l'amour aussi.

Après The House on the Cerulean Sea, T. J. Klune revient avec un nouveau roman, beau et touchant, sur le deuil, la redécouverte de soi et et celle d'une nouvelle "found family", composée d'une poignée de personnages tous.tes plein.e.s d'ironie, d'humour et d'une profonde gentillesse.

A lire accompagné d'une tasse de thé bien chaude !


Les enfants indociles - 1

Pygmalion

19,90
par (La Fabrique à Rêves)
19 septembre 2021

Les enfants indociles, ce sont des enfants qui, un jour, ont trouvé une porte menant vers un autre monde. Certains de ces mondes évoqueront au lecteur des contes bien connus, ou des univers mythologiques. Problème : ces enfants en sont revenus et, profondément transformés, déçus d’être rentrés, ils n’aspirent qu’à y retourner. Leur entourage ne les comprend plus, pensent qu’ils sont traumatisés ou fous, et c’est ainsi qu’ils sont envoyés à l’école d’Eleanor West qui prétend pouvoir aider ces enfants à se réadapter socialement. Ce qu’Eleanor West ne dit pas à ces familles désespérées, c’est qu’elle a elle aussi un jour trouvé sa porte.
C’est dans ce contexte que Nancy arrive dans l’institution, et c’est alors qu’une série de meurtres commence à se produire. Elle et ses nouveaux camarades se mettent alors à chercher le coupable.

On pourrait croire que l’histoire s’adresse à la jeunesse ; il n’en est rien. Les meurtres sont brutaux, sanglants, décrits sans fioritures ou états d’âmes. Ces enfants, transformés par leur séjour dans un autre monde, sont bizarrement adultes, et ont la plupart du temps des lubies propres à l’univers dans lequel ils se sont retrouvés – on pense notamment à Jack qui a une certaine passion pour l’anatomie humaine, et les cadavres... On est donc loin, très loin d’un conte de fées ou d’une école façon Harry Potter. L’ambiance est sombre, glauque, on navigue très souvent entre réalité et onirique dans ce huis-clos qu’est l’institut.
Les personnages sont tous hauts en couleur et ont leur personnalité propre – c’est même très habile, considérant que le livre fait 194 pages. Si l’on est familier du genre, le coupable se devine peut-être un peu trop vite, mais le chemin parcouru reste très agréable. Reste un style percutant propre à Seanan McGuire, qui est un peu la cerise sur le gâteau. Un très bon livre à découvrir !


22,00
par (Librairie La Forge)
19 septembre 2021

Jeune étudiant sénégalais venu faire ses études à Paris, Diégane découvre par hasard l’écrivain T.C. Elimane et de son œuvre unique parue dans les années 30, Le labyrinthe de l’inhumain. Il n’aura dès lors de cesse de poursuivre la figure de cet écrivain mystérieux. Cette quête va bouleverser sa vie, remettre en cause sa vision de la littérature et de l’art.
La plus secrète mémoire des hommes est un roman choral qui mêle habilement fiction et réalité. Les personnages et les temporalités s'enchevêtrent habilement autour de la figure énigmatique de Elimane.
Ce livre dense, exigeant et vertigineux offre une brillante réflexion sur l’art et l’histoire, ainsi que sur les notions de postérité et d’héritage (ou comment décoloniser la culture). C’est enfin une ôde à la littérature qui, telle une réminiscence de l’esprit de Bohème du Paris artistique du début du XXe siècle, est célébrée ici comme un mode de vie.

Fabien, libraire (La Forge)