Les Vaincus. Violences et guerres civiles sur les décombres des empires, 1917-1923
Éditeur
Le Seuil
Date de publication
Collection
L'Univers historique
Langue
français
Langue d'origine
français

Les Vaincus. Violences et guerres civiles sur les décombres des empires, 1917-1923

Le Seuil

L'Univers historique

Indisponible

Autre version disponible

Pour les habitants de l'Europe occidentale, les annees qui ont suivi la
Premiere Guerre mondiale furent des annees de deuil, mais aussi de paix et de
prosperite retrouvee. Mais pour peu que l'on deplace le regard a l'est du
continent, c'est un tout autre paysage qui se devoile. Sur les terres des
empires vaincus, jusqu'en 1923, ce furent des annees de cauchemar sans fin.

Robert Gerwarth reconsidere l'heritage de la Grande Guerre. Pour une large
part, ce n'est pas l'hecatombe des tranchees qui s'est revelee la plus
dangereuse pour l'avenir de l'Europe, mais ce qui s'est joue dans les annees
qui ont suivi : revolutions, pogroms, expulsions de masse, guerres civiles et
crimes d'une dimension genocidaire. Des millions de civils y trouverent la
mort.
Partout, des peuples pleins de ressentiment, avides de revanche, attendaient
leur heure pour se venger d'ennemis reels et imaginaires. La violence extreme
qui a deferle sur l'Europe de l'apres-Premiere Guerre mondiale a pave la voie
des conflits genocidaires qui ont suivi : c'est la these centrale de ce livre
novateur.



" Intense et frappant. Un rappel actuel du fait que les racines de la violence
de longue duree du XXe siecle remontent au cataclysme de la Grande Guerre."
Richard Overy



Élu meilleur livre de l'annee par le _Times Literary Supplement_ , _The
Financial Times_ et _BBC History Magazine_





**Robert Gerwarth** est professeur d'histoire contemporaine a University
College Dublin, ou il dirige le Centre for War Studies. Il est notamment
l'auteur d'une biographie de Reinhard Heydrich. Il a enseigne aux États-Unis,
en Allemagne et en France et a dirige un programme de recherche europeen sur
la sequence 1917-1923.



Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Aurelien Blanchard
S'identifier pour envoyer des commentaires.