La Banque impériale ottomane
Indisponible

Autre version disponible

Fondée au dix-neuvième siècle par un groupe de financiers de Londres, à
l'initiative du gouvernement de Constantinople, afin d'être la banque
d'émission de l'Empire ottoman, la Banque ottomane fut le produit à la fois de
la volonté réformatrice de dirigeants turcs de l'époque et de l'expansion du
capitalisme occidental à la recherche de nouveaux territoires à mettre en
valeur. Dans l'esprit de ses fondateurs, le nouvel établissement ne bornerait
pas ses activités à l'émission monétaire et au financement de l'Etat, il
serait aussi une banque commerciale et une banque d'affaires promoteur
d'entreprises de toute nature sur le territoire de l'empire. La prospérité de
ce dernier conditionnait, en effet, celle de la banque elle-même. Ce triple
rôle, la Banque impériale ottomane s'efforça de le remplir tout au long de la
vie de l'Empire ottoman. Elle joua un rôle de tout premier plan dans le
placement des emprunts turcs sur les marchés occidentaux, celui de Paris avant
tout. Son réseau de succursales s'en vint peu à peu à couvrir tout le
territoire de l'empire, en Europe, en Asie, en Afrique. Enfin, elle participa
activement à la création de diverses sociétés de services publics et de chemin
de fer. La banque devait nécessairement subir les contrecoups des crises qui
affectèrent l'économie mondiale et des graves événements qui marquèrent les
dernières décennies de l'Empire ottoman : guerre russo-turque, révolution
jeune-turque, agitation des minorités, guerres balkaniques. La guerre
1914-1918 et ses séquelles en Orient entraînèrent la disparition de l'empire
et le bouleversement de la carte politique. Ce fut la fin de la période «
impériale » de la Banque ottomane.
S'identifier pour envoyer des commentaires.