Pour une critique de la ville, La sociologie urbaine française 1950-1980
Éditeur
Presses universitaires de Rennes
Date de publication
Collection
Le sens social
Langue
français

Pour une critique de la ville

La sociologie urbaine française 1950-1980

Presses universitaires de Rennes

Le sens social

Indisponible

Autre version disponible

En France, les décennies 1950, 1960 et 1970 sont traversées par une puissante
révolution urbaine. Les grands ensembles, le pavillonnaire et les
infrastructures routières, les centres commerciaux et les complexes tertiaires
redessinent, avec une brutalité difficile à imaginer aujourd'hui, le cadre de
vie des Français. En 1950, les villes ont encore leur physionomie du XIXe
siècle. En 1980, c'en est terminé de cette ville ancienne, définitivement
reléguée dans le passé ; la modernité urbaine s'est installée. La période des
Trente Glorieuses est aussi celle d'une extraordinaire effervescence
intellectuelle. De nouveaux systèmes de pensée redéfinissent les articulations
entre la science et la politique, la pensée et l'action, les réalités locales
et les logiques globales. Le marxisme, le structuralisme et la sémiologie, le
catholicisme de gauche et la psychanalyse lacanienne se saisissent de toutes
les transformations sociales et en proposent des interprétations globales et
engagées. La sociologie urbaine critique naît de la combinaison de ces
embrasements urbain et intellectuel. Prolixe, inventive, souvent militante,
elle diagnostique la fin des villes et saisit l'émergence d'une nouvelle
société, « urbaine », appréhendée à travers ses modes de vie, son insertion
dans des réseaux d'échanges mondialisés et l'apparition du local dans les
médiations politiques. Cette société urbaine est toujours la nôtre.
S'identifier pour envoyer des commentaires.