Les serviteurs de l'État au Moyen Âge, XXIXe Congrès de la SHMES (Pau, mai 1998)
Éditeur
Éditions de la Sorbonne
Date de publication
Collection
Histoire ancienne et médiévale
Langue
français

Les serviteurs de l'État au Moyen Âge

XXIXe Congrès de la SHMES (Pau, mai 1998)

Éditions de la Sorbonne

Histoire ancienne et médiévale

Indisponible
Les serviteurs de l'État existent-ils au Moyen Âge ? Cette question, qui se
situe au cœur des travaux du XXIXe Congrès de la Société des Historiens
médiévistes de l'Enseignement supérieur public, réuni à l'Université de Pau en
mai 1998, renvoie à la lente genèse de l'État dans laquelle le poids des
hommes s'est révélé essentiel. De ces serviteurs, au premier rang desquels les
clercs se sont longtemps tenus - du moins dans l'Occident chrétien -,
compétence et fidélité étaient requises en priorité. L'office, accordé par le
prince, était soumis à des rituels d'échanges complexes, dans lesquels la
question des gages était finalement secondaire, même s'il se présentait aussi
comme un choix volontaire et non désintéressé. L'office était de même l'objet
de stratégies prenant en compte la naissance, les alliances, les hiérarchies
sociales. Les serviteurs de l'État se sont constitués progressivement en un
corps social solidaire, complice et d'une stabilité remarquable, qui a
largement contribué à la naissance d'un des moteurs fondamentaux de l'État
moderne, la fonction publique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.