La Terre a des limites, mais la bêtise humaine est infinie, Correspondance
EAN13
9782368908303
ISBN
978-2-36890-830-3
Éditeur
Le Passeur
Date de publication
Nombre de pages
256
Dimensions
18 x 11 x 1 cm
Poids
138 g
Langue
français

La Terre a des limites, mais la bêtise humaine est infinie

Correspondance

Le Passeur

Indisponible
Il existe une relation quasi filiale entre Flaubert et Maupassant. Le premier a 52 ans quand débute cette correspondance, le second 23 ans. Ils ne se quitteront plus jusqu’à la mort de Flaubert, en 1880. Ainsi, cette correspondance permet de suivre Flaubert dans les sept dernières années de sa vie et Maupassant dans ses sept premières années en littérature.Flaubert s’intéresse d’abord à lui parce qu’il est le neveu d’Alfred Le Poittevin, son ami d’enfance. De cette relation va naître une véritable amitié que traduit fidèlement ces lettres.Comme l’écrit la préfacière, « tous deux éprouvent du mépris pour la masse, l’esprit bourgeois, l’égalitarisme, le suffrage universel, la soutane ; et tous deux se délectent à la lecture des grands auteurs. La détestation de la médiocrité et l’amour de la littérature les réunissent ».Par certains côtés, Flaubert tient avec Maupassant le rôle que tenait George Sand avec lui, celui d’un « conseiller de vie » plus qu’un esthète. Cette correspondance est un morceau de vie partagé entre deux génies.
S'identifier pour envoyer des commentaires.