Lettres à Henri, Chroniques politiques gasconnes du Travailleur landais (1936-1948)
Éditeur
Presses universitaires de Bordeaux
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Lettres à Henri

Chroniques politiques gasconnes du Travailleur landais (1936-1948)

Presses universitaires de Bordeaux

Offres

  • Vendu par Le Bateau Livre
    AideEAN13 : 9782867819469
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    • Lecture en ligne, avec DRM
      Impression

      Impossible

    15.00

  • Vendu par Les Quatre Chemins
    AideEAN13 : 9782867819469
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    • Lecture en ligne, avec DRM
      Impression

      Impossible

    15.00
Peurcé militi ? [...] qu'eus de famille. Touts ataou de machan puou, aqueure race dous Hillots [...]. Et pus Henri, n'oublidi pas l'aoute famille : leu dou trabailh, leu qui ne pot pas tout jamais dide ço que se peunse.

« Pourquoi je milite ? C'est de famille. Tous comme ça de mauvaise humeur, cette engeance des Landais [...]. Et puis Henri, je n'oublie pas l'autre famille : celle du travail, celle qui ne peut jamais dire ce qu'elle pense ».

Alliant verve gasconne et conviction politique, les Lettres à Henri signées Peyrot ont été publiées pendant la période du Front Populaire (1936-39), puis l'immédiat après-guerre (1945-48) dans le Travailleur landais, hebdomadaire de la SFIO. Quelle position prend leur auteur, instituteur laïque, face aux luttes locales (celles des métayers) et nationales, aux menaces de guerre, et retour d'Oag, après 45, face à la collaboration, aux problèmes du ravitaillement, aux débuts de la guerre froide ?

Ces textes amènent à mettre en question la vulgate sur le pacisme aveugle des enseignants, la « démission nationale » de la gauche, la France immunisée contre le fascisme, et l'usage exclusivement réactionnaire du « patois ». Ils apportent le témoignage d'un acteur intermédiaire, ni tout à fait anonyme ni personnage politique reconnu, de ce temps d'où nous venons. Proposés en version originale et dans une traduction de Guy Latry, ces textes sont présentés et annotés par Micheline Roumégous, la fille de Peyrot.
S'identifier pour envoyer des commentaires.