Contact, Pourquoi nous avons perdu le monde, et comment le retrouver
EAN13
9782707186621
ISBN
978-2-7071-8662-1
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Collection
Cahiers libres
Nombre de pages
352
Dimensions
22 x 13,5 x 2,4 cm
Poids
352 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais

Contact

Pourquoi nous avons perdu le monde, et comment le retrouver

De

Traduit par ,

La Découverte

Cahiers libres

Trouvez les offres des librairies les plus proches :
ou
entrez le nom de votre ville

Offres


Après le succès de son Éloge du carburateur, le philosophe-mécanicien M. Crawford s'interroge sur la fragmentation de notre vie mentale, à la merci des exploiteurs de " temps de cerveau disponible ". Il explore cette " crise de l'attention ", non sans humour, via l'analyse philosophique et des récits d'expérience vécue. Il s'attaque aux racines culturelles d'une conception abstraite et réductrice de la liberté qui facilite la manipulation et cause la perte de notre rapport au monde.
Après le succès d'Éloge du carburateur, qui mettait en évidence le rôle fondamental du travail manuel, Matthew B. Crawford, philosophe-mécanicien, s'interroge sur la fragmentation de notre vie mentale. Ombres errantes dans la caverne du virtuel, hédonistes abstraits fuyant les aspérités du monde, nous dérivons à la recherche d'un confort désincarné et d'une autonomie infantile qui nous met à la merci des exploiteurs de " temps de cerveau disponible ". Décrivant l'évolution des dessins animés ou les innovations terrifiantes de l'industrie du jeu à Las Vegas, Matthew B. Crawford illustre par des exemples frappants l'idée que notre civilisation connaît une véritable " crise de l'attention ", qu'il explore sous toutes les coutures et avec humour, recourant aussi bien à l'analyse philosophique qu'à des récits d'expérience vécue. Il met ainsi au jour les racines culturelles d'une conception abstraite et réductrice de la liberté qui facilite la manipulation marchande de nos choix et appauvrit notre rapport au monde. Puisant chez Descartes, Locke, Kant, Heidegger, James ou Merleau‐Ponty, il revisite avec subtilité les relations entre l'esprit et la chair, la perception et l'action, et montre que les processus mentaux et la virtuosité des cuisiniers, des joueurs de hockey sur glace, des pilotes de course ou des facteurs d'orgues sont des écoles de sagesse et d'épanouissement. Contre un individualisme sans individus authentiques et une prétendue liberté sans puissance d'agir, il plaide avec brio pour un nouvel engagement avec le réel qui prenne en compte le caractère " incarné " de notre existence, et nous réconcilie avec le monde.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...