Diderot et le drame : théâtre et politique
Éditeur
Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX)
Date de publication
Collection
Philosophies
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
842.509

Diderot et le drame : théâtre et politique

Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX)

Philosophies

Indisponible

Autre version disponible

Les thèses de Diderot sur le théâtre ne se réduisent pas à l'invention d'un nouveau genre dramatique — le drame ou genre sérieux. La théorie du drame est inséparable d'une réflexion sur la place et la fonction du théâtre dans la société. Fidèle en cela à la conception aristotélicienne, Diderot se propose de réinstaller le théâtre dans sa dignité civique. Récusant aussi bien les motifs religieux qui inspirent la condamnation du théâtre, que les tentatives vaines de sauvetage qui obligeraient le théâtre aux cadres fixés par son propre répertoire, la réflexion de Diderot consonne étrangement avec notre situation contemporaine : le théâtre se meurt d'être tenu pour un divertissement sans conséquences. Sauver le théâtre suppose donc une haute conception de ce dernier. En assignant au théâtre une fonction dialogique essentielle à l'économie de la Cité, le projet de Diderot articule étroitement esthétique et politique, et prépare à la compréhension des derniers grands textes de Diderot. Parce qu'il se refuse à voir, dans le goût, la simple expression d'une idiosyncrasie personnelle, les divergences de goût renvoient à des approches inconciliables de l'art et de la représentation. C'est ainsi que les antinomies du goût traduisent des antagonismes qui sont également politiques. Car si la question de la place et de la fonction accordées au théâtre est, en son principe, politique, la réponse l'est tout autant.
S'identifier pour envoyer des commentaires.