Inflexions de la rationalité dans «L'Esprit des lois»
Éditeur
Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX)
Date de publication
Collection
Ecrivains
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
848.509

Inflexions de la rationalité dans «L'Esprit des lois»

Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX)

Ecrivains

Indisponible
L'esprit des lois est le livre des pesées et des contre-pesées, des placements et des déplacements, des modulations de la pensée à force de modalisations dans son expression, des processus discrets, toutes modalités aptes à produire des inflexions subtiles. Ce sont celles de la rationalité qui sont examinées ici, à partir de l'exploration systématique du Livre I et de ses rapports au reste de l'ouvrage, vus à travers une somme d'aller et retour gouvernés par les trois aspects majeurs de la loi que sont la généralité, la rationalité et la particularité. Ces ancrages définissent alors, dans la consistance propre et la réciprocité conflictuelle de leurs délimitations, les droits naturel, civil et politique et le droit des gens. Peuvent apparaître ainsi, en leurs points d'inflexion propres, les rationalités de la détermination climatique, de l'esclavage, du suicide, de la prohibition de l'inceste, de l'équité et de la justice, du talion ou de la formation de la féodalité française. Inflexions qui ne sont telles, qu'à passer par le langage. On va donc, pour la méthode, des termes aux problèmes et des problèmes aux termes, on passe par l'écriture du concept dans les mots ordinaires, la ponctuation, les nuances aspectuelles, les nœuds de pensée que le manuscrit rend à leur visibilité à travers les biffures. L'écriture et le travail de la pensée sont, chez Montesquieu, indissociables d'un art des idées, art fait pour entrer dans le préjugé et, peut-être, s'en guérir. À son tour, cet essai sur L'esprit des lois cherche, appuyé sur les états pertinents du langage, les états discriminants de la pensée.
S'identifier pour envoyer des commentaires.