Léon Degrelle et la Légion Wallonie : La fin d'une légende
Éditeur
Editions Luc Pire
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Léon Degrelle et la Légion Wallonie : La fin d'une légende

Editions Luc Pire

Offres

  • Vendu par Le Bateau Livre
    AideEAN13 : 9782507054298
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    7.99

  • Vendu par Les Quatre Chemins
    AideEAN13 : 9782507054298
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    7.99
Le nom de Léon Degrelle est associé à la Légion Wallonie. L'inverse est vrai aussi, l'un n'ayant pu exister sans la présence de l'autre. Très présent dans les médias, encore de nos jours par le biais d'Internet, de blogs et d'autres forums, Léon Degrelle n'a cessé, de son vivant, de donner de la Légion et de lui-même – surtout de lui-même – une image pour le moins biaisée.
L'engagement de la Légion Wallonie sur le front de l'Est est loin d'être ce que, aujourd'hui encore, d'aucuns qualifient d'épopée. La réalité est tout autre ! Au total, quelque 8 000 hommes se sont engagés tout au long de la guerre à l'Est entre 1941 et 1945, certains sous la contrainte, voire sous la menace d'armes. L'unité wallonne n'alignera jamais plus de 2 000 hommes à la fois en
premières lignes. Il y aura autant de tués, blessés et disparus.
Aujourd'hui encore, des légionnaires disparus font l'objet de recherches de la part de leurs proches parents. Comment Degrelle réussit-il à passer de simple soldat à celui de SS-Obersturmbannführer ? Comment réussit-il à écarter les opposants qui risquaient d'entraver sa carrière personnelle ? Comment arriva-t-il à bout des intrigues tant allemandes que de certains de ses propres hommes et à conserver le contrôle sur la Légion ? Comment devint-il Kommandeur de la Division Wallonie en septembre 1944 alors que les autres divisions composées d'étrangers étaient toutes commandées par des Allemands ? Comment, en compagnie de son fidèle officier d'ordonnance, parvint-il à tirer son épingle du jeu en fuyant précipitamment vers l'Espagne dans la nuit du 7 au 8 mai 1945 ? Autant de questions auxquelles répond cet ouvrage.
S'identifier pour envoyer des commentaires.