Marianne K.

Allegheny River
21,90
par (Libraire)
21 janvier 2020

Voyage dans les Appalaches

Nous avions découvert Matthew Neill Null avec Le Miel du lion (Albin Michel, 2018) ̶ magnifique roman sur l’exploitation forestière en Virginie-Occidentale au début du siècle ̶, nous le retrouvons aujourd’hui avec plaisir grâce à ce formidable recueil de short stories : Allegheny River, de nouveau publié dans la collection « Terres d’Amérique » des éditions Albin Michel. Matthew Neill Null prouve de nouveau son talent de conteur et imprime sa voix dans ces nouvelles qui ont toutes pour cadre la région des Appalaches, des débuts de la période coloniale jusqu’à nos jours. Du vendeur ambulant au chasseur d’ours en passant par le mineur ou le naturaliste, voilà toute une galerie de personnages qui se trouvent confrontés non seulement à la nature, si particulière dans cette région : rude, violente, parfois dangereuse ; mais aussi à l’évolution sociale et politique du pays. Des textes marquants, touchant autant au singulier qu’à l’universel !

LE SERVICE DES MANUSCRITS

Laurain Antoine

Flammarion

18,00
par (Libraire)
21 janvier 2020

Le bureau de tous les dangers

Auteur remarqué du Chapeau de Mitterand, de La Femme au carnet rouge ou encore de Rhapsodie française, Antoine Laurain nous émerveille de nouveau avec le jubilatoire et haletant Service des manuscrits !

Jusqu’ici, Antoine Laurain se passionnait pour des objets ̶ un chapeau qui bouleverse l’existence de son nouveau propriétaire, un carnet qui obsède un libraire et qui le lance sur les traces d’une femme mystérieuse, une lettre qui parvient à son destinataire avec trente-trois ans de retard, ou encore une bonne bouteille de vin qui permet de voyager dans le temps ! ̶, mais c’est d’un lieu dont il est question dans ce nouveau roman ! Le fameux « service des manuscrits », un endroit source d’émotions variées : espoir, joie, fierté, mais aussi déception, chagrin, voire haine viscérale. Dans ce petit bureau, quelques personnes lisent et jugent les textes envoyés via la poste par des écrivains en herbe, de ces centaines de textes reçus, peu franchiront l’étape de la publication. C’est le cas des Fleurs de sucre, de Camille Désencres ! Un premier roman qui passionne Violaine Lepage, éditrice parisienne réputée. Mais de Camille, Violaine ne sait rien, elle ne n’a jamais pu rencontrer l’auteur (ou l’autrice ?), le contrat est revenu signé par retour de courrier, et l’écrivain.e ne répond plus aux mails… C’est alors que survient une nouvelle incroyable – qui se transforme vite en problème supplémentaire : le roman est dans la liste du Prix Goncourt ! Et quand une inspectrice de police sonne à la porte de la maison d’éditon et annonce que les meurtres décrits dans le livre correspondent étrangement à des meurtres non élucidés auxquels les forces de l’ordre sont confrontés, rien ne va plus ! Entre enquête policière, histoire de famille, et portrait du petit monde passionnant qu’est celui de l’édition, on lit ce roman avec passion ! Mystères, rebondissements, énigmes, suspens et événements étonnants rendent la lecture addictive et nous font passer un moment bien agréable !

Long Island story

Gekoski, Richard Abraham

Belfond

21,00
par (Libraire)
21 janvier 2020

Une famille à la dérive

Universitaire et marchand de livres rares, Rick Gekorski nous livre un premier roman très réussi ! Inspiré par l’histoire de sa propre famille, Long Island Story est une tragi-comédie humaine au ton dynamique et au contexte passionnant. Été 1953, état de New York : la chaleur crée une ambiance pesante, mais ce qui pèse lourd sur les membres de cette famille, c’est surtout la chasse aux sorcières instaurée par McCarthy. Ben, le père de famille, est un sympathisant socialiste ; quand il constate que cela tourne mal pour lui, il décide d’emmener sa famille à Huntington, Long Island, pour se refaire. Les enfants ne sont pas ravis et Addie, la mère, voit ce retour dans la ville de ses parents comme un échec : lassée par son travail dans le social, perdue dans sa vie de couple et de famille, Addie est déprimée… Quand les rêves du passé se heurtent à la brutalité de la réalité, comment faire pour continuer d’avancer ?

À mains nues

La Contre Allée

16,00
par (Libraire)
14 janvier 2020

La femme / la mère / l'amante

Ouvrir À mains nues, c’est comme retrouver une grande sœur que l’on n’aurait pas vue depuis longtemps : on est heureux de se voir, soulagé de constater que la complicité est toujours là, et avide de renouer le dialogue !
La future maman et jeune maman, que l’on avait rencontrée dans "La Femme brouillon", s’interroge toujours sur la maternité, le féminisme, la famille… Quelques années ont passé et sont apparus de nouveaux questionnements : la vie de couple, la sexualité, la construction des sexes depuis l’enfance, ce que l’on hérite de nos familles et notre volonté, parfois, de nous éloigner des modèles parentaux. Naviguant entre son quotidien de mère de famille et l’époque de son enfance et de son adolescence, Amandine Dhée met le doigt sur les situations de nos existences qui peuvent parfois sembler banales mais qui ne le sont pas tant que ça… Comme à son habitude, elle trouve les mots justes ! Ceux qui interpellent, ceux qui émeuvent, ceux qui éclairent… Elle a le don de toucher à la fois au singulier et à l’universel ; nous ouvrant la porte de sa maison, nous permettant de nous sentir moins seul.e.s ; elle nous prend par la main et nous encourage à revoir nos façons d’être, de penser et d’éduquer, sans jamais nous culpabiliser !
Ce texte plein d’humour, de verve, d’inventivité, d’émotions et de réflexions et un récit-manifeste qui remet en cause toutes les normes et les valeurs auxquelles il faudrait bien plus souvent désobéir… pour notre propre bien !

Après le monde
18,00
par (Libraire)
14 janvier 2020

Effondrement et renouveau

Profondément marquée par la lecture de Comment tout peut s’effondrer, de Pablo Servigne et Raphaël Stevens (Seuil, 2015) – elle parle elle-même de « claque » et de « deuil » ̶ Antoinette Rychner a ressenti le besoin de s’emparer du sujet du « collapse », de réagir, par les moyens qu’elle connaissait, c’est-à-dire l’écriture ! Autrice suisse de pièces de théâtre et d’un premier roman, elle renoue avec la forme romanesque pour transformer une matière brute, scientifique, et en tirer un réel texte littéraire, particulièrement bien construit et à l’écriture ciselée, reserrée et poignante !
En 2049, il ne reste plus grand-chose de la société telle que nous la connaissons. L’effondrement de 2023 a tout ravagé : un cyclone détruit la côte ouest des États-Unis, le système financier américain fait faillite, entraînant dans sa chute le reste du monde, il n’y a plus de sources d’énergies, plus de communications, les catastrophes climatiques et les épidémies s’enchaînent… Dans ce contexte, qui relève davantage de l’anticipation que de la science-fiction, nous rencontrons Barbara et Delphine, deux amies qui tentent de conserver une trace des événements, une mémoire d’abord écrite sur des feuillets, puis scandée, racontée, « un chant pour se souvenir ». Elles ont perdu beaucoup et cherchent un endroit pour s’établir et « redémarrer »… Les personnages féminins qu’elles croisent sont nombreux, et bientôt, se sont ces femmes qui racontent leur existence. Mais comment reconstruire ? Comment vivre de nouveau ensemble quand la violence et la bêtise humaine s’infiltrent partout ? Il est question d’entraide, d’agriculture, d’organisation sociale, de médecine, de justice, de politique et surtout de ces récits qui nous aident à survivre et qui nous survivent, pour les générations futures !
Roman de l’effondrement et du renouveau, Après le monde est un texte percutant, à la fois sensible et violent, qui laisse plus que songeur : et nous, que ferions-nous si ça arrivait ? Incontournable !