Conseils de lecture

20,00
par (Le Biglemoi)
20 juillet 2021

"Rire est le propre de l'homme." Triboulet, le fou du roi, est bien placé pour le savoir. Grâce à son sens inné de la répartie, il devient l'homme le plus craint et le plus détesté du royaume, où il goûte le pouvoir transgressif du rire.
Avec ce nouveau roman, Guillaume Meurice nous plonge au cœur de la vie de château. Une véritable ode à la différence, au rire et à la sagesse où les fous ne sont pas ceux que l'on croit...
Drôle et follement humaniste!


Presses universitaires de France

19,00
par (Le Biglemoi)
20 juillet 2021

Notre "temps de cerveau disponible" n'a jamais été aussi important (allongement de la durée de vie, réduction du temps de travail, progrès techniques, etc.). A l'heure des nouvelles technologies et d'une concurrence débridée sur le "marché de l'attention", Gérald Bronner nous présente les enjeux de cette "libération" et ce qu'elle révèle de nos fonctionnements profonds.


20,90
par (Le Biglemoi)
20 juillet 2021

Le premier roman de Pierre Lemaître nous fait suivre une mamie tueuse à gages qui perd la boule. Elle n'a trouvé qu'une solution à ses problèmes: les tuer purement et simplement. Un roman déjanté qui fait du bien!


20,00
par (Le Biglemoi)
20 juillet 2021

Suite de l'œuvre autobiographique de Benoît Duteurtre, mélomane forcené, producteur d'"Etonnez-moi Benoît" sur France Musique, écrivain et accessoirement arrière petit-fils du président Coty.
Forcément, Duteurtre ronchonne ici encore contre la modernité (les laideurs envahissantes, l'idolâtrie envers Boulez, quelques autres énervements). Mais il revient aussi dans de belles évocations sur certaines figures constitutives de sa jeunesse (en particulier un grand-oncle et sa femme, anciens résistants) et des lieux, des paysages que l'on voit à travers ses yeux (les Vosges d'abord, et puis Le Havre, New-York, etc.).


10,00
par (Par Mots et Merveilles)
17 juillet 2021

Un brillant roman de Fantasy militaire alliant Steampunk, mythologie et culture japonaise

Mélange de Steampunk et de Fantasy militaire, le premier tome de La Guerre du Lotus nous plonge au sein d’un empire malade et pollué par le lotus rouge sang alimentant les machines et massacrant la faune et la flore. Yukiko, la fille du Renard Noir, le plus grand chasseur du shogun, fait partie de la troupe de chasseurs ayant pour ordre de capture un arashitora, un tigre de tonnerre, par caprice du cruel shogun. En effet, cette créature légendaire a disparu depuis des siècles, et personne ne croit à son existence. Pourtant, la troupe doit obéir aux ordres, sous peine d’être exécutée. Mais tout ne se passe pas comme prévu : l’impossible arrive, et Yukiko se retrouvera vite dans les dernières terres sauvages des îles de Shima, avec pour compagnie un tigre de tonnerre mutilé et furieux. Un lien étroit et profond se créera avec celui qu’elle appelle Buruu, comme le chien de son enfance, alors que sa mission est de l’offrir au shogun… Et si elle devenait très vite la deuxième femme la plus puissante de l’Empire, et obtenait l’opportunité de mettre fin au règne de ce maître tyrannique ? Et si elle était la mythique danseuse d’orage, le seul espoir de son peuple ?

Ce premier tome d’une trilogie pose les bases d’un univers Steampunk, mêlant Fantasy militaire, mythologie et culture asiatique. Un récit totalement addictif, tant l’univers qui y est dépeint est riche, passionnant et surprenant. Nous voilà dans un monde apocalyptique, où l’Homme a détruit la nature par la pollution du lotus permettant de faire fonctionner les machines, rendant malade la population au passage. La déshumanisation découlant de cette technologie en décalage avec son époque est centrale au sein du roman, dont nous sommes spectateur au travers des yeux de Yukiko, une jeune femme forte, indépendante, sur qui tout se repose : elle seule est capable de mettre fin à ce régime de terreur et d’horreur, et ce grâce à son compagnon Buruu, le tigre de tonnerre. Leur relation, pouvant rappeler celle d’Eragon et Saphira, est un des points forts du roman : une relation touchante et émouvante, comme celle de deux âmes sœurs qui se seraient enfin retrouvées.

Une histoire de compassion et de rébellion, de pardon et de vengeance, sur fond de mythologie et de culture japonaise, mais également de nature morte. Un roman qu’on ne peut lâcher, avec une seule hâte : le tome 2 ! Et cela tombe bien, car il paraît le mois prochain !

A lire à partir de 14 ans !